Lettre à la jeunesse (inspirée par la Lettre à la jeunesse d’Emile Zola)

O jeunesse ! Jeunesse ! N’as-tu pas peur du méchant Loup rôdant à travers les bois de ce monde ?
O jeunesse ! Jeunesse ! Ils sont nombreux, ces méchants Loups, qui n’ont qu’un seul désir : te dévorer…tout cru ! Désolé, mes amis les vrais loups, je sais bien qu’au fond vous n’êtes pas méchants… ; par contre, les Loups dont je te parle aujourd’hui, eux, ils sont bien méchants et dangereux. Il faut te méfier d’eux ! Ils sont nombreux et peuvent revêtir plusieurs formes.

Méfie-toi de ceux qui veulent te faire croire que face aux problèmes complexes les solutions sont faciles. La solution n’est jamais facile, sinon ne l’aurait-on pas déjà trouvée depuis longtemps ? Surtout n’oublie pas que la solution ne réside jamais dans un retour à un passé prétendument paradisiaque. Non, hier, tout n’était pas parfait. Et franchement, peut-on vraiment résoudre les problèmes d’aujourd’hui et de demain avec les outils de hier, et surtout avec ceux qui ont contribué à créer ces mêmes problèmes ? Peut-on vraiment corriger et redresser les erreurs du capitalisme à l’aide du capitalisme ? Non jeunesse, il faut que tu innoves et que tu inventes des solutions tournées vers l’avenir ; et que tu aies le courage de créer un nouveau système plus juste et plus équitable.
Méfie-toi de ceux qui veulent te faire croire qu’on n’y peut rien, que tout est perdu d’avance, que le combat est inutile. Non, jeunesse, si tu veux changer le monde et le rendre meilleur, il faudra que tu t’engages, je sais que tu en es capable ; tu es capable de contribuer à redonner au monde ses lettres de noblesse !
Méfie-toi aussi de ceux qui veulent te faire croire que la solution à tous nos problèmes consiste à rejeter l’autre, et que cet autre est ton ennemi. Tu l’auras deviné, je veux parler des Marine, Donald et autres populistes insidieux. Ils se présentent comme l’alternative et l’antisystème, mais quelle est cette alternative dont ils se vantent ? Leur stratégie menteuse et haineuse, composée d’attaques personnelles et d’agressivité, ne reflète que leur manque de solutions véritables. En vrais manipulateurs, ces candidats répètent inlassablement les mêmes paroles vagues et idées vides. Ce sont les candidats de la division, poussés par une grande peur de l’autre et de l’avenir, et la peur est-elle vraiment bonne conseillère ? Ils prêchent la haine, mais la haine peut-elle vraiment être la solution ?
Non, non, non ! Jeunesse, n’oublie jamais que la haine n’engendre que la haine. Déteste ton ennemi et il te détestera encore plus. Il faut au contraire combattre la haine avec l’amour. Oui, cela peut sembler paradoxal, mais je t’assure que l’amour est seul capable de venir à bout de la haine. Aime ton prétendu ennemi et sa haine cessera, tôt ou tard. Le premier pas vers l’amour de ton ennemi, est déjà de tenter de le comprendre, lui, ses sentiments et ses raisons d’agir comme il agit. Camus, le grand Albert, l’avait déjà compris : « Je ne connais qu’un seul devoir et c’est celui d’aimer » déclarait-il. Et il avait raison, jeunesse ! Mais ce n’est pas tout, il affirmait aussi qu’« il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser ». Il ne nie pas qu’il y ait dans les hommes des aspects méprisables, mais le positif ne l’emporte-t-il pas ? O jeunesse, fais confiance à Albert et mets-toi à la recherche de ce qu’il y a d’admirable dans l’homme.

Méfie-toi également de ceux qui veulent te faire croire que toujours plus est la devise idéale. Toujours plus d’argent, des maisons toujours plus grandes et plus luxueuses, impliquant des prêts toujours plus élevés, toujours plus de voitures, des voitures toujours plus grosses et plus chères, travailler toujours plus, toujours plus d’heures supplémentaires, des salaires toujours plus élevés, consommer toujours plus, pour jeter toujours plus, voyager toujours plus loin, vers des destinations toujours plus exotiques et extraordinaires, bronzer toujours plus, devenir toujours plus mince, toujours plus de muscles, toujours plus de likes, d’abonnés, d’amis virtuels, toujours plus de fake, de clics, de vues, avoir toujours plus, toujours plus, toujours plus, et surtout plus que son voisin ! Avoir est-il vraiment le verbe le plus important ? N’est-il pas beaucoup plus important d’être ? D’être vraiment ? La seule richesse véritable et précieuse n’est-elle pas la richesse intérieure que chacun porte en soi ?
Méfie-toi encore de ceux qui veulent te faire croire que l’argent fera ton bonheur. Le bonheur peut-il être acheté ? Pense à tout ce qui te rend heureux. Jeunesse, qu’est-ce qui te rend heureuse ? Très probablement les mêmes éléments qui nous rendent heureux, nous les jeunes de hier et d’avant-hier, et très probablement les mêmes éléments qui rendent heureux tes ennemis. Oui, le bonheur n’est-il pas universel ?
L’autre ? N’est-ce pas ? N’est-ce pas l’autre qui te rend heureux ? Pourrais-tu vraiment être heureux sans l’autre, donc tout seul ? N’as-tu pas besoin d’un autre, de l’autre, comme l’air que tu respires, pour être heureux ? Non jeunesse, je sais, pas n’importe quel autre, mais L’Autre avec une majuscule, l’autre que tu aimes. Oui, l’amour, encore l’amour ! L’amour et tous ses compagnons : la famille, l’amitié, les relations sociales. L’amour, tout comme la santé, ne peuvent pas être achetés, n’est-ce pas ? Amour et santé n’ont pas de prix. Imagine deux hommes, l’un ayant les poches remplies d’argent, mais pas d’amis, l’autre ayant la vie remplie d’amis, mais pas d’argent ; si tu devais choisir, lequel préféreras-tu être ?
Autre élément précieux, qui ne peut pas être acheté : le temps. O jeunesse, méfie-toi de ceux qui veulent te faire croire que le temps est notre ennemi. Non, le temps n’est pas notre ennemi, à condition de savoir l’aimer et de le savourer. Prends le temps de profiter de ceux que tu aimes et vis les instants tels qu’ils se présentent. N’attends pas le bon moment, il n’existe pas, ou alors c’est maintenant. Maintenant n’est-ce pas le seul que nous avons et qui compte ? O jeunesse, sors de la salle d’attente, trop de personnes sont déjà mortes en attendant, en attendant le bon moment, en attendant d’être prêts. Qu’attends-tu ?
N’oublie pas de te méfier de ceux qui veulent te faire croire que tes rêves sont impossibles à réaliser. Non, jeunesse, tu es beaucoup plus que ce que tu crois ! Crois à tes rêves et chasse-les !
N’aie pas peur des erreurs et des obstacles, ne font-ils pas partie du jeu, ne sont-ils pas nécessaires pour grandir et évoluer ?
Méfie-toi en outre de ceux qui veulent te faire croire qu’il y aura toujours du soleil. Non, jeunesse, la pluie fait partie de la vie, mais le soleil est toujours là, derrière les nuages. Ne vois-tu pas l’arc-en-ciel annonçant le retour du beau temps ? Fais confiance et garde espoir, en apprenant les leçons que les gouttes de pluie, les averses et les orages te transmettent.
O jeunesse, jeunesse ! La vie est un cadeau, un miracle, une belle pomme juteuse, n’hésite pas à la croquer ! La vie est là pour être vécue, je vais te révéler un secret : le sens de la vie est de la vivre.

Tu l’auras compris, jeunesse, méfie-toi de ceux qui veulent te faire croire quelque chose, pense par toi-même et n’abdique jamais ton esprit critique, ta créativité et surtout ta liberté !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s